ABUS DE FITNESS CHEZ LES ADOLESCENTS : UNE OBSESSION DANGEREUSE

editor's picture

Plus fort, plus vite… Telle est vraisemblablement la devise de plus en plus d'adolescents en matière de sport. Les centres de fitness comptent ainsi de plus en plus de jeunes qui surmènent leurs muscles et articulations pour obtenir un corps de rêve, avec tous les risques qui s'en suivent. Hans Cooman est le médecin coordinateur des contrôles de dopage de la Communauté flamande et également médecin du sport. Il voit le nombre de cas d'abus de fitness augmenter et tire la sonnette d'alarme !

Quand on parle d'abus de fitness, de quoi s'agit-il exactement ?

Le fitness peut être pratiqué à outrance au niveau de l'intensité et de la quantité. Pour les jeunes, un entraînement avec des poids qui représentent 90 % ou plus de leur charge maximale est néfaste pour leur corps qui n'a pas encore fini de se développer. D'un autre côté, les jeunes peuvent s'entraîner de manière excessive et durant une longue période à la salle de fitness. L'association des deux est évidemment la plus grave.

Quel est le pourcentage de jeunes qui s'entraînent de cette manière ?

Il est difficile de donner un pourcentage exact. Nous faisons de temps à autre des contrôles de dopage dans les centres de fitness et nous y rencontrons de plus en plus d'adolescents d'environ 18 ans qui s'entraînent.
Lors des tests de l'année dernière, nous avons constaté que près de 40 % d'entre eux consommaient des stéroïdes anabolisants, ce qui est extrêmement élevé. Nous contrôlons évidemment les centres de fitness que nous soupçonnons d'avoir ce genre de pratique, il est important de le souligner. Ces 40 % restent malgré tout un nombre très inquiétant, vu les effets secondaires dangereux de ces produits illicites.

Quels sont les principaux dangers de l'abus de fitness ?

En plus de ces produits illicites, il y a tout d'abord le risque de surentraînement. Les jeunes surmènent leur corps, ce qui peut causer différentes blessures. En football, ce sont par exemple surtout les genoux et les chevilles qui encaissent, mais les jeunes qui abusent du fitness mettent leur corps à rude épreuve. Beaucoup souhaitent muscler leur torse à court terme et se blesseront rapidement aux épaules et au dos. Ces jeunes vont en outre souvent recourir à toutes sortes de suppléments alimentaires et ne mangeront donc plus de manière saine et équilibrée. Si ces suppléments ne donnent pas l'effet escompté, le pas vers les stéroïdes anabolisants est vite fait. Ces produits illicites peuvent notamment entraîner des changements d'humeur, de l'agressivité, des maladies cardio-vasculaires, des affections hépatiques...

Selon vous, d'où vient cette tendance croissante chez les jeunes ?

La plupart des jeunes souhaitent avoir un beau corps à court terme pour se montrer aux festivals ou pendant les vacances. Ils sont ainsi souvent plus nombreux à fréquenter les centres de fitness en été. Ils ne s'entraînent pas toute l'année, mais souhaitent obtenir un résultat maximum en 4 à 5 semaines et recourent ainsi plus rapidement aux produits illicites. Ces jeunes qui font du fitness à outrance incitent également souvent d'autres jeunes à faire pareil, ce qui crée une sorte de "communauté".

Comment les jeunes peuvent-ils faire de la musculation de manière raisonnable ?

Il est important de surtout travailler l'endurance avec beaucoup de répétitions et des charges pas trop lourdes. Le risque de surcharge et de blessures est alors beaucoup plus faible. Pour ce faire, il est toutefois nécessaire que les jeunes soient encadrés par un licencié en éducation physique ou kinésithérapeute. Ils savent comment entraîner un muscle sans le surmener. L'exécution correcte du mouvement est en effet essentielle.

Tous les centres de fitness proposent-il cet encadrement?

Certains centres ne proposent pas d'encadrement. Ils sont un peu moins chers, puisqu'ils ne disposent que des appareils et rien d'autre. Ces appareils sont très bien, mais sans encadrement, les choses peuvent déraper. Une personne qui fait du fitness depuis 20 ans sait comment réaliser certains exercices, mais ce n'est pas le cas des adolescents débutants. Ils ont vraiment besoin d'être encadrés par du personnel qualifié. Dans la mesure où ces centres sans encadrement sont moins chers, les jeunes les choisiront plus facilement. Un cercle vicieux dangereux est ainsi enclenché. Je ne dis pas qu'un adolescent ne peut pas s'entraîner dans une salle de fitness, mais certaines conditions importantes doivent être remplies.

Que faire si le mal est fait ? Se remet-on vite d'un surmenage ?

Dans le meilleur des cas, quelques semaines de repos suffisent et l'entraînement peut ensuite être repris de la bonne manière. D'autres personnes qui s'obstinent et surmènent trop longtemps leur corps peuvent être "out" pendant des mois, voire des années. Un accro au fitness est encore récemment décédé d'une overdose de stéroïdes anabolisants.

Merci à ma Mutuelle pour cet article.

Elle remercie le Dr Hans Cooman pour son aimable collaboration et sa disponibilité.

Comments

Add new comment

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.